Lundi matin il faisait froid, en plus la couette avait glissé.

Je me suis assis avec l’idée que ce serait bien de se recoucher.

Je suis descendu, j’ai vu l’heure et je me suis dit franchement ce ne serait pas du luxe de se recoucher.

Un brin de toilette avec les yeux à moitié fermés, avec la question à 1000 dollars: j’y vais ou j’y vais pas.

Malgré moi, ça se fait. Je me dirige vers la salle de pratique en me disant grrr, je devrais dormir un peu plus.

Toujours en train de négocier, me voici maintenant sur le tapis. Il n’y a plus qu’à pratiquer.

Sur tout le trajet ça avait l’air insurmontable comme sensation. Pendant ces quelques minutes, pas d’envie, pas de motivation, pas de rien du tout. Mais le plus drôle, c’est que pendant tout ce trajet c’était déjà gagné. Et oui. Parce que une fois le premier pas fait, c’est inexorable, la destination arrive!

Bon voyage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.